Fabernovel
Bonjour ! Nous sommes Fabernovel, nous aidons nos clients à devenir anti fragiles. Et vous, quel est votre sujet de prédilection ?
Si vous préférez naviguer sans filet, il y a plus de contenu juste en dessous.
Vous
Je suis intéressé par …
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Pourquoi ce fond d'écran ?
Pendant longtemps, quand les idées restaient dans un tiroir, c’était "faute de” ; temps, ressources, savoir-faire ; Mais ce temps est désormais révolu, chacun peut tester pour de vrai ses idées.
En savoir plusRotation
Pour une publicité plus responsable, plus durable... plus raisonnable !
En savoir plusRotation
(F)ACT est une initiative lancée par AXA Climate et Fabernovel, avec pour objectif de former les dirigeants aux enjeux de la transition durable et de leur permettre de passer à l’action, vraiment.
En savoir plusRotation
Pour suivre le rythme des évolutions technologiques, EY Fabernovel vous accompagne pour devenir éditeurs de logiciels et profiter de ces nouvelles opportunités.
En savoir plusRotation
EY Fabernovel vous aide à assurer votre croissance grâce au marketing digital.
En savoir plusRotation
EY Fabernovel vous accompagne dans la compréhension du Web3 et vous donne les premières briques pour s’y positionner.
En savoir plusRotation
EY Fabernovel vous permet de propulser votre expérience client avec les meilleurs standards du marché.
En savoir plusRotation
EY Fabernovel vous propose de passer à l’échelle votre innovation pour créer une culture commune et concevoir des produits numériques différenciants.
En savoir plusRotation
EY Fabernovel vous propose de développer des stratégies d’innovation différenciantes et de justifier leurs valorisations pour les investisseurs.
En savoir plusRotation
Pour vous aider à transformer vos organisations, EY Fabernovel vous propose de développer une culture d’entreprise innovante qui deviendra une avantage concurrentiel durable.
En savoir plusRotation
EY Fabernovel va vous aider pour que vos engagements sociétaux et environnementaux façonnent votre positionnement et vos priorités stratégiques.
En savoir plusRotation
Actualités
Tesla
Article
16 minutes

Le Web3 peut-il transformer l'économie de la création ?

Le développement de la Blockchain a rebattu les cartes dans le domaine des contenus numériques. Les auteurs l'envisagent désormais comme une opportunité pour retrouver la propriété et l’usufruit de leur travail, sans passer par un annonceur. Mais cette nouvelle technologie et celles qui — plus largement — participent à l’émergence du Web3, peuvent-elles réellement recentrer la valeur sur les contenus, plutôt que sur les plateformes ? Pour le comprendre, nos experts décryptent les dynamiques qui agitent et font évoluer ce nouveau modèle.

« Si c’est gratuit, c’est vous le produit ! » En 1976, les artistes Richard Serra et Carlota Fay utilisaient cette phrase désormais célèbre, pour évoquer les dessous des contenus télévisuels et ainsi, ceux de l’économie de la consommation. Depuis, nos médias ont évolué et de nouveaux modèles ont émergé, à la faveur d’une économie de la création reposant sur trois piliers :

  • Le premier : celui des créateurs qui mobilisent une audience, monétisent leurs créations et génèrent un revenu ;
  • Le deuxième : celui des entreprises qui capitalisent sur leur audience et font de la publicité ;
  • Le troisième : celui des plateformes qui distribuent ces contenus et bénéficient d’une partie de la valeur créée.

C’est ainsi qu’en 2022, Tim Berners-Lee — considéré comme l’un des pères fondateurs du Web — s’inquiète qu’Internet n’appartienne qu’à un nombre limité d’acteurs, disposant d’un pouvoir croissant sur la détention et l’exploitation de nos données personnelles. Un constat partagé par de nombreux consommateurs, insatisfaits par ces plateformes qui les empêchent de tirer la pleine valeur de leur travail.

La désintermédiation du lien entre créateur et consommateur

Un problème auquel le Web3 et la Blockchain pourraient répondre. Grâce aux crypto-monnaies locales, qui lorsqu’elles sont utilisées à l’échelle d’une communauté, permettent à un créateur de valoriser son travail sans passer par une plateforme et à un consommateur, de réaliser un acte d’achat sans intermédiaire. Et donc, sans perte de valeur. Sur la Blockchain, un créateur peut également inscrire l’objet de son travail et piloter l’ensemble de son processus de commercialisation. Une opportunité accessible à tous, grâce à des outils ergonomiques et intuitifs, pensés pour écarter toute complexité technique. Ce modèle, qui exclut l’usage de la publicité, suppose toutefois la contribution financière de ses consommateurs ; nous l’évoquerons plus tard.

Malgré cette possibilité, développer son audience en dehors des plateformes classiques demeure difficile. Si certains ont essayé de remplacer les réseaux sociaux traditionnels par des solutions décentralisées et autonomes, ces dernières ont rapidement été limitées par leur capacité à stocker et traiter l’information. Alors, à défaut de pouvoir se passer des circuits classiques pour développer un modèle de diffusion, peut-on au moins repenser nos modes de financement ? Que cela changerait-il en termes de bénéfices et de propriété ?

Vers une pleine propriété des contenus

Lorsque l’on poste un contenu sur un réseau social classique, celui-ci appartient à ces plateformes. A contrario, lorsqu’on l’inscrit dans une Blockchain et qu’on lui associe des règles de cession, d’utilisation et de partage, nous redevenons pleinement maître de son exploitation. Et cela, même lorsque nous le partageons sur une plateforme Web3 : car celle-ci n’en est que le diffuseur. Ainsi, le rôle des plateformes évolue : tandis que les plus classiques rassemblent une communauté autour d’un créateur, celles du Web3 font l’inverse. Dans cette nouvelle configuration, plus d’influenceurs liés à une plateforme, mais des producteurs de contenus qui, s’ils ne sont plus satisfaits de la proposition qui leur est faite, peuvent basculer vers un environnement concurrent sans perdre leurs œuvres ou leur communauté.

D’où l’émergence de nouveaux modèles économiques : si les plateformes classiques permettent uniquement d’être rémunéré au visionnage, celles du Web3 ajoutent à cette rémunération la possibilité de louer ou de vendre sa propriété à des acquéreurs, selon le montage financier de son choix. Par exemple, un créateur peut déterminer lui-même le montant des royalties qu’il percevra. Au regard de cela, comment inciter les consommateurs à payer le juste prix ? Et comment repenser les partenariats publicitaires classiques, dans un contexte où l’interdépendance entre les contenus et les plateformes est fortement réduite ?

Repenser la valorisation

Pour distribuer leurs créations dans le Web 2.0, les producteurs de contenus sont contraints d’utiliser des services payants. Comme celui proposé par la célèbre plateforme de streaming américaine, où le modèle de partage des revenus se base désormais sur une répartition à « 50/50 », au lieu des 70% dont bénéficiaient précédemment les streamers. Et si l’arrivée des plateformes de dons montre que de nombreux utilisateurs du Web3 sont prêts à financer directement les créateurs, cette alternative aux revenus publicitaires n'exclut ni les intermédiaires, ni le pourcentage de rémunération qu’ils prélèvent.

Si la force d’un modèle tient désormais à la capacité d’un auteur à agréger et mobiliser sa communauté, il s’agit de placer les nouvelles dynamiques qui lient cet écosystème de création (créateurs, marques, utilisateurs) au cœur de nos projets d’innovation. En accompagnant — par exemple — les marques, dans le développement de solutions pensées pour augmenter la performance des interactions entre un auteur et sa communauté. Voilà pourquoi nous croyons au rôle moteur des marques dans l’économie de la création à l’heure du Web3.

Croire à des modèles inédits

Lorsque les créateurs utilisent des outils et des ressources disponibles gratuitement ou illégalement sur le Web, nous constatons que les ayants droits ont du mal à bénéficier de ce système. À titre d’exemple, aujourd’hui les plateformes qui détiennent la propriété intellectuelle des œuvres musicales utilisées par les créateurs, multiplient les demandes de retraits de vidéos par manque de véhicule juridique ou technique pour les valoriser, lorsqu’elles sont utilisées par des tiers. Pourtant, les créateurs qui utilisent ces ressources leur offrent, malgré tout, une plus grande visibilité.

Demain, grâce aux technologies du Web3, ces plateformes pourraient intégrer un système de royalties à l’ensemble de leurs productions et proposer un outil permettant d’en faire une utilisation légale. Les créateurs, quant à eux, pourraient alors s’emparer de ces outils pour créer de nouveaux contenus et les distribuer à leur communauté. Une perspective capable d’initier de nouvelles lignes commerciales et de rassembler des populations a priori réceptives, mais jusque-là difficiles d’accès car peu intéressées par la rétribution des ayants-droits initiaux.

Si le Web3 permet aux créateurs de contenus d’agréger et d’animer leurs communautés en toute autonomie, encore faut-il qu’ils le souhaitent. À date, de nombreux freins techniques et culturels les contraignent : méconnaissance des outils, faible puissance des solutions existantes, difficultés à définir de nouveaux indicateurs de performance, ou encore, imprécision des cadres réglementaires en vigueur. Un contexte qui ouvre pourtant la voie à l’innovation, si l’on considère les enjeux de lisibilité qui accompagnent le déploiement du Web3. Car c’est notamment en développant des outils d’aide à la production, que les marques pourront capter une juste valeur, située en dehors de l’exploitation des contenus.
Chez EY Fabernovel, nous sommes convaincus que demain, tous nos clients seront développeurs de logiciels, afin d’aider les créateurs à appréhender les législations qui les concernent, faciliter la monétisation de leurs modèles ou encore, les accompagner dans l’édition de leurs contenus. À titre d’exemple, l’intelligence artificielle qu’utilise la célèbre plateforme de streaming américaine, alerte ses administrateurs en temps réel lorsqu’un problème de copyright est détecté ; un angle à considérer et à développer. À l’heure où le gouvernement français envisage d’encadrer l’activité des influenceurs, une opportunité se dessine pour donner plus d’aisance aux acteurs de l’économie de la création. Une perspective accessible à toutes les entreprises innovantes, indépendamment de leur taille et du secteur d’activité auquel elles appartiennent.

Pour activer le potentiel de votre projet, découvrez notre offre Web3 et échangez avec nos experts !





EY  |  Building a better working world

La raison d’être d’EY est de participer à la construction d’un monde plus équilibré, en créant de la valeur sur le long terme pour nos clients, nos collaborateurs et pour la société, et en renforçant la confiance dans les marchés financiers.

Expertes dans le traitement des données et des nouvelles technologies, les équipes EY présentes dans plus de 150 pays, contribuent à créer les conditions de la confiance dans l’économie et répondent aux enjeux de croissance, de transformation et de gestion des activités de nos clients.

Fortes de compétences en audit, consulting, droit, stratégie, fiscalité et transactions, les équipes EY sont en mesure de décrypter les complexités du monde d’aujourd’hui, de poser les bonnes questions et d’y apporter des réponses pertinentes.

EY désigne l’organisation mondiale et peut faire référence à l’un ou plusieurs des membres d’Ernst & Young Global Limited, dont chacun représente une entité juridique distincte. Ernst & Young Global Limited, société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit pas de prestations aux clients. Les informations sur la manière dont EY collecte et utilise les données personnelles, ainsi que sur les droits des personnes concernées au titre de la législation en matière de protection des données sont disponibles sur ey.com/privacy. Les cabinets membres d’EY ne pratiquent pas d’activité juridique lorsque les lois locales l’interdisent. Pour plus d’informations sur notre organisation, veuillez vous rendre sur notre site ey.com.

© 2023 EY Fabernovel.
Tous droits réservés.
SCORE France N°

Cette publication a valeur d’information générale et ne saurait se substituer à un conseil professionnel en matière comptable, fiscale, juridique ou autre. Pour toute question spécifique, veuillez vous adresser à vos conseillers.

ey.com/fr

Lire la suite
Cas clients
image clientlogo cient
EY Fabernovel accompagne les marques dans leur accélération digitale à l’international
image clientlogo cient
Entrer dans le Métavers par le design fiction
image clientlogo cient
Stratégie concurrentielle par le faire : la méthode Red Team / Blue Team
image clientlogo cient
Deezer brille par une campagne d'acquisition créative, data-driven et multi-cibles
image clientlogo cient
Regenerate renforce sa visibilité sur la première marketplace mondiale
image clientlogo cient
Concevoir une plateforme Big Data
image clientlogo cient
Une nouvelle expérience de lecture pour les enfants déficients visuels
image clientlogo cient
Révolutionner le tennis grâce au numérique
image clientlogo cient
Une stratégie d'innovation pour une entreprise de distribution alimentaire britannique
image clientlogo cient
Lancement du portail client d'un leader mondial de l'énergie à la vitesse des start-up
image clientlogo cient
La première initiative de logement connecté en France
image clientlogo cient
Un magazine culturel français propulse son expérience abonné par la refonte de sa plateforme web
image clientlogo cient
10 semaines pour refondre la plateforme TheFork
image clientlogo cient
Alstria lance son premier réseau d'espace coworking connecté
image clientlogo cient
G7 place ses applications au cœur de sa stratégie pour renforcer son positionnement sur le marché
image clientlogo cient
Le programme exécutif de notre client décolle en plein confinement
image clientlogo cient
Molotov démultiplie son trafic organique par la puissance du SEO
image clientlogo cient
RSRV accélère ses ventes grâce à des tests d’acquisition tactiques
image clientlogo cient
Naos Mexique se lance sur la marketplace leader du marché et renforce sa place sur le e-commerce.
image clientlogo cient
Strategy by design : repenser l’UX d’une organisation intergouvernementale leader
image clientlogo cient
Le groupe Canal+ enchante l’expérience VOD avec son application MyCanal
image clientlogo cient
Breitling revient en force sur le marché chinois
image clientlogo cient
Transdev accélère la montée en compétence de ses collaborateurs en s’appuyant sur les expertises clés du groupe.
image clientlogo cient
Morgan accélère sur la performance et le branding en s’associant avec Fabernovel
image clientlogo cient
Learning & Digital : embarquement immédiat pour Pernod Ricard
image clientlogo cient
L'expérience visiteur et collaborateur du 46 rue Saint-Lazare
Offres

Industries créatives

Santé

Finance & affaires

Vente & biens de consommation

Luxe & style de vie

Territoires intelligents

Industries créatives

Santé

Finance & affaires

Vente & biens de consommation

Luxe & style de vie

Territoires intelligents

Industries créatives

Santé

Finance & affaires

Transformer la stratégie d’entreprise vers un modèle éco-conçu
Open
Transformer les organisations via une culture d’entreprise innovante
Open
Valoriser les stratégies d’innovation différenciantes
Open
Gérer le passage à l’échelle de l’innovation
Open
Déployer les meilleurs standards d’expérience UX
Open
Comprendre et se positionner sur la révolution Web3
Open
S’adapter et se digitaliser pour assurer sa croissance
Open
Mettre la technologie — web, data, cloud — au cœur de la stratégie
Open