Communiqué
Stratégie d'entreprise, Valeur, Décryptage
9.3.2021
Perturbation continuum temporel
Temps d'un café
Amazon dans l’IoT : la centricité client poussée à son paroxysme
Mathilde Maitre

Avec son programme Built It, Amazon propose pendant 30 jours à ses clients 3 objets connectés compatibles avec son assistant vocal Alexa. L’idée ? Manufacturer un nouveau produit si le volume de pré-commandes est atteint en 30 jours.

Bataille de la maison connectée, bataille de la donnée

Aujourd’hui, vendredi 19 mars 2021, dernier jour des précommandes de cette campagne de nouveaux objets connectés, seul un des trois objets, l’imprimante de notes intelligente a atteint les 100% du volume, et en seulement trois jours. Force est de constater qu’Amazon a atteint une taille critique pour faire son propre crowdfunding juste avec la puissance de sa base clients. Amazon peut ainsi identifier les produits en vogue sur le marché de l’IoT et les proposer à ses utilisateurs. Si cette stratégie contribue à la volonté d’Amazon de créer ses propres communautés (déjà développées avec #findItOnAmazon ou son Club des Testeurs par exemple), elle est aussi une velléité de s’assurer de créer une boucle de valeur vertueuse en développant un écosystème de produits à valeur ajoutée pour Alexa. En proposant des objets et services connectés, en cross-sell, que les early-adopters ont eux-mêmes choisi, Amazon enrichit la valeur globale de l’assistant, et garde ainsi, un coup d’avance dans la bataille de la maison connectée face à ses concurrents Google Home et HomePod d’Apple qui gagnent de plus en plus de terrain.

La nouveauté, c’est qu’Amazon devient plus qu’une simple marketplace et un centre logistique, l’entreprise intègre verticalement du client au produit toute la chaîne de valeur en produisant/manufacturant entièrement ses produits en temps réel pour tester, produire et vendre en circuit fermé. Amazon pourra également mettre la main sur de nouvelles données précieuses au-delà de celles d’achats de sa plateforme d’e-commerce et continuer à développer de nouveaux services.

La puissance du “Design to wishes”

Si Fabernovel faisait remarquer dans une précédente note d’analyse qu’Airbnb était la plus design des boîtes tech, Amazon pousse sa centricité client un cran plus loin.

Non seulement l’entreprise conçoit en prenant en considération les besoins clients et les nouveaux usages mais elle lui soumet les produits avant même de lancer la production. A l’image du designer argentin Andrés Reisinger qui bouscule l'industrie du mobilier avec ses objets virtuels comme dans sa dernière collection de 10 meubles virtuels The Shipping sur Nifty Gateway vendue en 10 minutes pour près d’un demi-million de dollars. En effet, la gestation d'une chaise typique prend normalement environ quatre ans, les fabricants traditionnels passant par des cycles de R&D et de tests de produits. Et lorsque la version finale est enfin prête, la présenter au public implique beaucoup d'efforts (salons, publicités, marketing) alors qu’elle peut passer vite de mode. Reisinger saute ainsi toutes ces étapes et jauge la demande en postant un rendu virtuel sur Instagram avant de passer à la production. S’il y a assez de “likes”, c’est-à-dire une validation du design par le marché en quelque sorte, il passe à la production.

Cette stratégie est en fait une inversion de l’économie de l’attention à celui de la création. C’est la stratégie que l’on pourrait qualifier de “Design to wishes” : tous les coûts d'inefficacité de la recherche et développement à la surproduction et l’inventaire sont supprimés. Plutôt que de mettre sur le marché un produit, ce modèle, rendu possible par la donnée et une taille critique de clients, permet d’assurer la conception au plus proche des besoins des futurs clients. Un client sans doute plus heureux, et un modèle qui permet une certaine rationalisation de la consommation plus vertueuse de par le risque d’invendus plus faible.

Mathilde Maître, Directrice Design, Fabernovel

Mathilde Maître est directrice Design chez Fabernovel depuis 2014. Elle accompagne des grandes entreprises dans la création de nouveaux produits, services ou offres à destination de leurs clients, des collaborateurs, ou encore dans la mise en place et conception d’une vision et d'outils pour leur équipe design. Elle contribue également à la diffusion et l’acculturation au design en interne comme en externe au travers d’études, articles ou formations. Mathilde est aussi cofondatrice de vvorker, la maison d’édition d’objet de Fabernovel fondée et gérée in house.

Auparavant, Mathilde a travaillé chez af83, une agence de développement web où elle a eu pour mission de développer l’équipe design et son expertise. Elle est diplômée de l’ENSCI Les Ateliers en 2009.

Bastien Lecher, consultant tech, Fabernovel

Bastien Lecher est consultant Tech chez Fabernovel où il accompagne de grandes entreprises dans leurs projets de transformation numérique sur les thématiques DevOps, Cloud, IoT et architecture SI. Il intervient notamment sur la montée en compétences sur les nouvelles cultures et technologies, la définition de roadmap digitale et des cadrages techniques de projets innovants et impactants. En 2014, Bastien est diplômé en ingénierie et système d'information de Télécom SudParis.

No items found.
Pour aller plus loin :