fabernovel loader

Jan 18, 2018 | 3 min de lecture

Transformation

Quelles compétences pour les métiers de demain?

Demain-tous-polyvalents
Demain-tous-polyvalents

François Truong

Senior Change Maker


FABERNOVEL INSTITUTE
« A pratiquer plusieurs métiers, on ne réussit dans aucun », déclarait Platon dans La République. A l’ère du numérique, tout semble indiquer le contraire. Parmi les dizaines de nouveaux métiers qui fleurissent chaque année, des plus anecdotiques aux plus structurants, nombreux sont à la croisée de plusieurs disciplines.

Prenons l’exemple du Growth Hacker – marketeur, développeur et data scientist – il cherche les meilleurs leviers pour faire croître son entreprise avec des ressources limitées. Ou celui du Product Manager, à la fois designer, chef de projet et développeur, souvent assimilé à un CEO du produit.

De quoi donner tort à Platon et légitimer une approche plus éclectique, avec des employés polyvalents ?

Les grands acteurs de la nouvelle économie sont organisés en réseau, en connectant entre eux informations, utilisateurs, entreprises et objets. Comme nous le résument Marc Andreessen et Venkatesh Rao dans une collection d’essais consacrée à l’analyse des technologies Breaking Smart, « les trois choses les plus désirables dans l’économie des plateformes sont les connexions, les connexions et les connexions ». Google en est le parfait exemple.

Tentons de transposer cet adage aux métiers de l’économie numérique. Etre polyvalent ne signifie pas nécessairement jongler entre plusieurs métiers, à l’image des slasheurs, ces travailleurs du numérique qui cumulent différentes activités rémunérées sans véritable statut (Platon peut donc dormir tranquille). Mais plutôt être connecté aux hommes, aux outils et aux méthodes.

 

Employé polyvalent dans une économie numérique

Se connecter aux hommes, c’est d’abord être un polyglotte et partager un langage commun avec les designers (« empathie », « prototype »), les développeurs (« API », « front-end ») ou les data scientists (« data cleaning », « random forest »). C’est aussi être en mesure de rassembler sur un même projet des compétences et des profils divers : un développeur freelance trouvé sur Malt (anciennement Hopwork), un étudiant en design embauché sur Crème de la crème et un expert en Growth Hacking rencontré lors d’un Meetup.

Se connecter aux outils, c’est la garantie de ne pas réinventer la roue. L’employé polyvalent n’est pas obligé de maîtriser en profondeur les technologies pour créer un nouveau produit. Il doit en connaître les bases et les assembler : WordPress pour un site internet, Marvel pour un prototype d’application mobile, Chatfuel pour un chatbot ou encore IFTTT pour l’automatisation de tâches récurrentes. À chaque fonction son outil sur étagère, que notre employé polyvalent peut découvrir sur des sites dédiés comme Product Hunt. Sans même parler des APIs, qui permettent aujourd’hui de bénéficier rapidement et simplement des données ou fonctionnalités d’autres acteurs pour se développer.

Se connecter aux méthodes enfin, c’est savoir sélectionner la bonne méthode en fonction d’objectifs précis : le Design Thinking pour mieux cerner un problème utilisateur, le Lean Startup pour itérer en continu dans le développement d’un produit ou encore le Lean Analytics pour définir un bon indicateur. C’est surtout comprendre qu’une méthode seule ne vaut rien et qu’elle doit être adaptée au contexte d’une entreprise et d’un projet, et que c’est mixée (connectée) à d’autres méthodes, qu’elle révélera toute sa valeur.

Et l’expertise dans tout cela ? Rien qu’aux Etats-Unis en 2018, McKinsey estime qu’il manquera 150 000 data scientists pour satisfaire les besoins des entreprises. Est-ce alors la victoire de l’expertise face à la polyvalence décrite plus haut ? Absolument pas. Si l’on y regarde de plus près, les data scientists ne se résument pas à des experts de la donnée. A la fois statisticiens et développeurs, ils sont également en mesure de saisir les enjeux business. Même les plus experts font preuve de polyvalence.

Ce sujet vous intéresse ?

Contactez-nous
logo business unit

FABERNOVEL INSTITUTE

développe la vision et le leadership, favorise les rencontres et l'acquisition de compétences et méthodologies nouvelles pour permettre aux équipes et aux organisations d'avancer deux fois plus vite.

à lire