fabernovel loader

Oct 29, 2018 | 7 min de lecture

Transformation

Arrêtez de faire de la responsabilité un sujet périphérique !

arrêtez-de-faire-de-la-responsabilite-un-sujet-periphérique
arrêtez-de-faire-de-la-responsabilite-un-sujet-periphérique

Arthur Massonneau

Senior Change Maker


FABERNOVEL INSTITUTE
Nous le disons, chaque semaine, aux clients que nous formons au numérique ou à l’agilité : les choses vont vite. Deux fois plus vite.

Gordon Moore prophétisait dès 1965 que la puissance de calcul de nos ordinateurs serait multipliée par deux tous les deux ans. De la même manière, s’il a fallu 75 ans au téléphone pour atteindre 100 millions d’utilisateurs, cela n’a pris que 4 ans et demi à Facebook et seulement 1 an et 3 mois à Candy Crush Saga*. Autant de preuves de l’évolution rapide de notre société. Ainsi, tout va plus vite, c’est super. Mais si la technologie apporte de réelles améliorations de nos vies quotidiennes elle n’est pas sans entraîner des externalités négatives certaines.

Bien que grisante, cette vitesse de l’innovation ne doit pas nous empêcher de prendre le temps de la réflexion sur le rôle que nous avons à jouer dans toutes ces transformations qui impactent la société – et la planète – à bien des niveaux. Cette réflexion doit se mener à trois niveaux : l’entreprise elle-même comme personne morale, les collaborateurs, et l’écosystème.

Depuis le début de l’aventure FABERNOVEL, l’éthique, la responsabilité, l’élégance et le respect de l’ensemble de nos parties prenantes sont au coeur de l’ADN. Ce sont aussi des valeurs portées par les talents du groupe. Et que l’on essaye de transmettre à nos écosystèmes.

* Sources : ITU, Statista, BCG Research temps-100millions-utilisateurs.jpg

 

« Charité bien ordonnée commence par soi-même »

Il est un enjeu central qui nourrit la crédibilité de chaque organisation auprès de ses parties prenantes : elle doit chercher à devenir exemplaire dans l’impact social et environnemental de son activité et de la manière dont elle la gère.

La Loi Pacte, très commentée récemment et adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale le 9 octobre dernier, devrait encourager les entreprises à intégrer leur “raison d’être” à leur objet social. Chacune va ainsi devoir se poser la question de son impact sur la société. Sans rentrer en profondeur dans les aspects politiques, cela semble témoigner, comme la loi Hamon de juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire (ESS), de la tendance de l’Etat à transférer une partie de sa mission sociale et environnementale au secteur privé. Finalement, de plus en plus, les entreprises en tant que personnes morales – notez le “morales” – semblent vouées à faire leur part de colibri dans la poursuite des 17 Objectifs pour le Développement Durable détaillés par l’ONU en 2015.

Dans les faits, chez FABERNOVEL INSTITUTE, nous cherchons à concrétiser ce en quoi nous croyons dans les pratiques internes de l’entreprise. C’est une manière, avec un souci d’amélioration continue, d’optimiser au mieux notre impact sociétal et environnemental.

L’objectif poursuivi est d’aligner nos convictions à nos actes, et nous avons déjà mis en place un certain nombre d’actions concrètes pour y contribuer, tout en sachant que nous n’en sommes qu’au début du chemin ! Une politique d’égalité salariale femme-homme est mise en place ; un “déjeunèr•e” est organisé périodiquement pour parler de diversité et d’inclusion entre nous ; nous avons à coeur de travailler avec des prestataires qui luttent pour l’inclusion et la réduction de leur empreinte carbone par exemple. Voici d’ailleurs quelques uns de nos prestataires préférés, si jamais vous êtes dans une démarche similaire : Meet my Mama, un traiteur qui emploie des femmes au foyer issues de migrations ou réfugiées, Nos Grands mères ont du talent, qui propose de bons petits plats préparés en majorité par des personnes de plus de 50 ans éloignées de l’emploi, ou encore Cleany, l’un des rares services de nettoyage de bureaux à employer plus de 95% de ses salariés en CDI.

Plusieurs modèles nous inspirent dans cette quête interne de la responsabilité. Née aux Etats-Unis, la certification B-Corp, ou B-Corporation, est accordée aux entreprises qui respectent un certain nombre de critères sur leur comportement environnemental, social, ou de gouvernance. En France, Nature & Découvertes a été l’une des premières entreprises emblématiques à recevoir la certification B-Corp. De la même manière, le label français Lucie, accordé notamment à des acteurs comme Le Slip Français, OnlyLyon ou Audencia, vient attester de la volonté de ces acteurs de “rendre ce monde plus juste et plus respectueux des hommes et du territoire”.

 

“Employees first, customer second”, Vineet Nayar

Chez FABERNOVEL INSTITUTE, la moyenne d’âge est de 29 ans : c’est un bon observatoire des aspirations de cette tranche d’âge que l’on dit en quête de sens. Nous sommes 55% de notre génération à chercher dans le travail une source d’épanouissement, et 76% à déclarer être d’accord pour travailler plus si notre travail nous plaît réellement.

Haro sur les bullshit jobs, donc ! Pour se faire une place dans la guerre des talents, il est devenu essentiel de donner aux salariés qui le souhaitent des éléments de compréhension de leur rôle dans une organisation plus grande qu’eux. Pour aller plus loin, certaines entreprises peuvent également leur permettre de s’impliquer, au-delà de leur périmètre fonctionnel mais dans le cadre des horaires de travail, dans des projets à fort impact social ou environnemental, auprès d’associations ou d’entrepreneurs sociaux par exemple. Le récent manifeste signé par 13.000 étudiants de grandes écoles refusant de travailler pour des entreprises polluantes en est une bonne manifestation.

Depuis plus d’un an, par exemple, plusieurs de nos collègues accompagnent l’association Rêv’elles, qui propose des programmes d’aide à l’orientation à des jeunes femmes issues de milieux populaires.

Certaines structures sont elles-mêmes facilitatrices du modèle du mécénat de compétence et accompagnent des entreprises dans la mise en place de ce type de programmes, avec un double objectif : répondre au besoin d’accomplissement des salariés tout en permettant un enrichissement mutuel des acteurs de par la diversité des expériences vécues. C’est le cas de Vendredi, qui propose de passer une journée par semaine ou par mois dans une organisation hôte à fort impact, de Pro Bono Lab, qui organise des “Marathons” durant lesquels les salariés s’attaquent à une problématique précise d’une association ou entreprise sociale, ou encore de Planète Urgence, qui permet aux collaborateurs de partir en congés au sein d’une ONG sur le terrain dans un pays en développement, pour y mettre à contribution leurs compétences.

« Mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne nous prenne par la gorge », Winston Churchill

Notre métier, au quotidien, est d’aider nos clients à diffuser dans leurs équipes une culture du numérique et de l’entrepreneuriat. C’est une posture privilégiée pour faire réfléchir nos interlocuteurs dans les grands groupes sur ce que de tels changements culturels impliquent en terme de responsabilité sociale.

Plus largement, l’un des objectifs d’une telle démarche autour de la responsabilité est d’influencer son écosystème plus large. Nous avons vocation, auprès des start-up, des grandes entreprises et des institutions avec lesquels nous travaillons, à la fois à nous inspirer et à montrer l’exemple. Comme tout processus de transformation, une réflexion sur la raison d’être et la responsabilité n’est jamais terminée et doit se réinventer continuellement. Ce n’est pas un sujet sur lequel les différents acteurs peuvent se permettre d’être en concurrence. Au contraire, c’est à la condition d’une collaboration entre l’ensemble des acteurs que les défis résumés par les ODD de l’ONU peuvent être attaqués.

De plus en plus, nous souhaitons accompagner nos clients dans la mise en place d’une culture de l’engagement et de la responsabilité. Nous avons déjà commencé, notamment en aidant un groupe du CAC 40 à définir quelle pouvait être sa stratégie long terme pour s’impliquer, dans la société, sur la question de la jeunesse.

Actuellement, nous travaillons avec certains de nos clients historiques pour bien comprendre les besoins de leurs organisations et pouvoir apporter une réponse qui tire parti de notre expertise de la transformation et du conseil par l’expérience ! Organiser des rencontres avec des acteurs de l’économie sociale et solidaire, des ateliers pour co-construire une stratégie de transformation de l’activité avec les salariés, des Learning Expeditions à la découverte d’écosystèmes comme Amsterdam ou Berlin, ou encore des serious games pour comprendre l’importance des enjeux sociaux et environnementaux sont notamment au programme.

Certaines entreprises ont déjà bien compris l’importance d’impliquer leur écosystème dans leur réflexion sur leur impact social ou environnemental. Par exemple, Engie s’engage auprès de Bertrand Picard et sa Fondation Solar Impulse dont l’objectif est d’identifier et de fédérer 1000 initiatives profitables qui luttent pour la protection de l’environnement. C’est un moyen pour Engie de maximiser son impact environnemental positif, tout en s’offrant un formidable observatoire de l’innovation positive sur son coeur de métier qu’est l’énergie.

Tentons une analogie. Il y a encore quelques années, la question du digital dans l’entreprise était rattachée uniquement à la communication ou à l’IT. Aujourd’hui, tous les grands groupes en ont fait un sujet transverse et stratégique. De la même manière,  nous souhaitons provoquer un changement d’état d’esprit pour initier un glissement de la notion de responsabilité d’une place périphérique (comme le digital il y a une dizaine d’années), portée par les fonctions dites “support”, à une place centrale de l’organisation (comme le digital aujourd’hui…), au coeur des préoccupations business !

C’est la condition sine qua non pour anticiper les changements climatiques, sociaux ou encore réglementaires…plutôt que de les subir et d’être pris à la gorge !

Vous souhaitez lancer un projet responsable ?

Contactez-nous
logo business unit

FABERNOVEL INSTITUTE

développe la vision et le leadership, favorise les rencontres et l'acquisition de compétences et méthodologies nouvelles pour permettre aux équipes et aux organisations d'avancer deux fois plus vite.

à lire