fabernovel loader

Dec 1, 2017 | 3 min de lecture

Tendances

FABERNOVEL INNOVATE vous présente son calendrier de l'avent

Les mots qui ont fait 2017

Julien Breitfeld

Data Architecture Director


FABERNOVEL INNOVATE
C'est bientôt [faber] Noël ! En attendant, nous vous révélerons chaque jour un mot qui a fait 2017, décrypté par notre Data Architecture Director Julien Breitfeld. Rendez-vous dès lundi pour ouvrir les premières cases du calendrier !

Pour FABERNOVEL INNOVATE, notre Data Architecture Director Julien Breitfeld revient sur les grandes thématiques de l’année, qui ont alimenté nos discussions Slack et engendré nos plus beaux débats… 

 

Le monde accélère encore et toujours. Mais 2017 est un tournant.

Parce qu’Apple sort des GAFA, au profit de Microsoft . Parce que l’OS est en train de changer de forme, passant d’une interface permettant le choix à l’IA qui le réalise, incarnant véritablement le “personal assistant” vanté dans les années 80. Parce qu’un nouveau territoire privé apparaît, la réalité virtuelle, dont les plateformes n’étaient que la préfiguration. Parce que l’uberisation montre son véritable visage, celui d’une dérégulation par la loi, ainsi que ses limites. Parce que l’Internet accompagnant la globalisation, tel que nous l’avons connu, est en train de mourir, victime des nationalismes et de la tentative de reprise de contrôle des gatekeepers et des ayants-droits . Parce qu’il faut plus que jamais compter avec les BRICS….

De tout cela, il est illusoire de penser la technique sans penser aux aspects sociaux ; par exemple, la demande pressante de blockChain comme de la régulation des algorithmes fait ressortir la vraie question : qu’est-ce que la Vérité, et qui en est le gardien ?

L’affaire des fake news, les attaques répétées de Trump contre la presse US en sont le meilleur exemple : ici encore, le gatekeeper est défié, puisqu’il définissait la Vérité en top2bottom, là où le monde aplati laisse les échanges se passer de pair à pair, et la multitude tout remettre en question (voir « The World Is Flat 3.0: A Brief History of the Twenty-first Century” de Thomas L. Friedman).

Lorsqu’on regarde le futur, on a toujours tendance à surestimer le probable et sous-estimer l’impossible. Et surtout, on ne regarde pas le présent. L’innovation, c’est l’évolution du code. Le redesign de l’existant. Code civil ou smartphone, on n’invente rien ; tout a déjà été écrit dans les grands livres monothéistes, il n’y a que la mise en œuvre qui change.

Et lorsqu’on crie au génie d’une nouvelle invention, c’est bien souvent parce qu’une route en a préalablement pavé la sortie ; le très markété IOT n’est juste que le début du machine2machine, lui-même basé sur l’évolution de la norme de communication 4G vers la 5G (toujours pas standardisée, il est vrai). La communication sans point central de régulation et/ou de contrôle est le fondement même du web, où la rupture d’un canal est une censure qui doit être contournée, by design.

Après la phase euphorique du développement de l’Internet, la fameuse Noosphere de Teilhard de Chardin, vient la contraction des territoires qui ont structuré le monde et qui ne veulent pas disparaître. De Snowden à la Chine, des lois anti-terroristes françaises aux clouds géolocalisés (Europe, Russie), la crispation sur les souverainetés est patente. Même si le sens de l’Histoire va dans celui de la disparition des frontières, partant, des États-Nations, les récents événements géopolitiques (Brexit, Trump, nationalismes européens …) nous rappellent qu’une innovation ne se fait jamais sans heurts, et que plus l’accélération est forte, plus la réaction qu’elle suscite l’est également.

Bonne lecture, et bonne fêtes à vous.

Vous souhaitez être avertis tous les vendredis de décembre des mots de la semaine ? Laissez-nous vos coordonnées.

S'abonner à la liste
Cet article appartient à une enquête
logo business unit

FABERNOVEL INNOVATE

FABERNOVEL INNOVATE explore et construit le futur de vos industries. À la vitesse des startups.

à lire