fabernovel loader

6 avril 2017 | 4 min de lecture

Tendances

Et si l’innovation avait son propre Guide Michelin ?

Carole Attia

Change Maker


FABERNOVEL INSTITUTE
« Dans un écosystème de plus en plus dense où les start-ups se multiplient, les grands groupes manquent d’outils pour identifier les jeunes pousses à fort potentiel, en France et à l’international, avec lesquelles ils pourraient collaborer efficacement » Antoine Baschiera, co-fondateur de Early Metrics.

S’extraire de son Lab R&D et développer une approche collaborative avec des start-ups se révèle être une pratique de plus en plus répandue chez les grands groupes pour identifier des solutions innovantes et rester compétitif, ou encore maîtriser une nouvelle technologie et insuffler un état d’esprit plus agile aux collaborateurs.

Les approches collaboratives des grands groupes sont diverses – du lancement d’un POC (proof-of-concept), à la création d’un fond propre mais cette stratégie inclusive n’est pas simple à impulser et pérenniser, comme l’illustre le cas de The Founders Program, l’incubateur de Coca-Cola visant à encourager l’innovation disruptive que le groupe a dû fermer.

Les grands groupes font ainsi face à deux challenges dans leur stratégie d’innovation :

  • la capacité de l’équipe managériale à intégrer cette approche collaborative à une stratégie et une vision numériques claires et partagées par l’ensemble des collaborateurs.
  • Il s’agit également de se doter des bons outils pour identifier les start-ups les plus pertinentes, mesurer leur potentiel, et créer une relation constructive mutuellement bénéfique sur la durée.

C’est là qu’intervient Early Metrics, l’agence de notation de start-ups et PMEs innovantes, fondée il y a trois ans et destinée à servir les décisions des grands groupes en quête d’innovation.

Dans le cadre des programmes FABERNOVEL INSTITUTE, nous faisons régulièrement intervenir des témoins de la transformation numérique : acteurs du changement dans les grandes entreprises ou entrepreneurs issus des écosystèmes internationaux. C’est à cette occasion que nous avons recueilli le témoignage du co-fondateur d’Early Metrics, Antoine Baschiera qui intervient régulièrement dans nos programmes.

Une méthode de notation innovante, scientifique et itérative

Early Metrics a développé – en partenariat avec le laboratoire de maths appliquées du CNAM, la prestigieuse université française de recherche pour la science et l’industrie – une méthodologie de notation évaluant le potentiel de croissance d’une start-up à partir de l’analyse de près de 50 critères extra-financiers, répartis sur trois piliers : le management, le projet, et le marché.

Une start-up est notée sur 100. Mais « ce n’est pas tant la note obtenue qui compte », selon Antoine, « c’est le rapport remis au décideur, qui permet d’identifier les forces et faiblesses de la start-up ». Cette analyse permet à un grand groupe de transformer les retards identifiés en opportunités, de manière à collaborer plus efficacement avec la jeune pousse sur la durée, de l’accompagner dans sa croissance, et d’en bénéficier.

La méthode est itérative : une réévaluation de la start-up peut être pratiquée sur demande ou à l’initiative d’Early Metrics, afin de suivre l’évolution de la pousse à travers la croissance de l’équipe et du chiffre d’affaires, les indicateurs financiers, ou encore les partenariats développés.

Un outil fiable pour les grandes entreprises

Si Early Metrics permet aux start-ups de gagner en légitimité, les grandes entreprises voient en l’agence indépendante un outil pour choisir de lancer une expérimentation ou un partenariat, référencer un nouveau fournisseur ou investir dans une start-up à différents niveaux de maturité.

Consciente que les grandes entreprises s’inspirent de plus en plus des méthodes de travail des start-ups en déployant par exemple des programmes d’intrapreneuriat (projet d’entrepreneuriat au sein d’une entreprise), Early Metrics évalue aussi le potentiel de ces projets.

Pour SNCF Développement, « l’analyse d’Early Metrics est pertinente sur tout le cycle d’engagement d’un grand groupe auprès d’une start-up, au-delà de la décision d’investir initialement. En effet, leur outil nous permet également de mesurer la santé d’une jeune entreprise sur le long terme : via son outil « passporting », Early Metrics analyse sur 3 ans l’évolution réelle d’une start-up, pour savoir si elle est en phase d’accélération, d’expansion ou en difficulté. Ceci est très important pour appréhender la manière dont notre groupe soutient ensuite au mieux ses pépites innovantes. »

Une implantation dans les écosystèmes internationaux les plus innovants

Early Metrics s’est implantée dans les écosystèmes les plus denses. Présente à Paris, Londres et Tel Aviv, l’agence de notation va ouvrir un nouveau bureau sur le marché allemand d’ici la fin de l’année. Ces implantations stratégiques répondent aux demandes d’innovation des grands groupes, et permettent à Early Metrics « d’accéder à des start-ups uniques qu’il serait difficile d’identifier sans implantation locale », remarque Antoine.                                                     

Si la collaboration directe avec les start-ups favorise l’innovation, développer une approche collaborative entre les grands groupes eux-mêmes est aussi créateur de valeur dans le cadre de leur transformation. Les grandes entreprises sont confrontées à des problématiques communes, et c’est le partage d’expérience et la mutualisation des réflexions qui contribueront demain à leur compétitivité.

Vous souhaitez entrer en relation avec Early Metrics ou d’autres jeunes pousses internationales et françaises de notre réseau ?

Contactez-nous !
logo business unit

FABERNOVEL INSTITUTE

développe la vision et le leadership, favorise les rencontres et l'acquisition de compétences et méthodologies nouvelles pour permettre aux équipes et aux organisations d'avancer deux fois plus vite.

à lire