fabernovel loader

Dec 23, 2017 | 2 min de lecture

Tendances

#23 Tesla

Julien Breitfeld

Data Architecture Director


FABERNOVEL INNOVATE
C'est bientôt [faber] Noël ! En attendant, nous vous révélerons chaque jour un mot qui a fait 2017, décrypté par notre Data Architecture Director Julien Breitfeld.

Pour FABERNOVEL INNOVATE, notre Data Architecture Director Julien Breitfeld revient sur les grandes thématiques de l’année, qui ont alimenté nos discussions Slack et engendré nos plus beaux débats…

[DISCLAIMER
Les opinions présentées dans cet article sont celles de notre Data Architecture Director, et elles promettent de générer de nombreuses discussions en interne. Parce que chez FABERNOVEL, c’est aussi le débat qui nous anime…
Découvrez le point de vue de Julien, et faites-nous part du vôtre !]

Si Google ou Mobiley ont popularisé la vision et l’analyse temps réel de l’environnement automobile pour les voitures intelligentes, Tesla est le seul pure player occidental qui a bâti sa propre marque de constructeur automobile, laquelle n’était pas à l’origine prévue pour être déclinée comme un véhicule autonome.

Néanmoins, le « Computer on Wheels » a fait sien l’antienne de la Silicon Valley, « software is eating the World », puisque sa fonction la plus commentée, Autopilot, n’était en vérité qu’un update du logiciel d’aide à la conduite. Présent sur le seul haut de gamme, avec un prix d’entrée à $60.000 pour le Model S, le constructeur a intelligemment intégré à la fois les préoccupations environnementales de certaines populations, leur demande d’innovation, de futurisme et de reconnaissance sociale liée aux 3 précédentes.

On peut comparer Tesla avec Apple en ce sens qu’il en reprend certains attributs :

Le contrôle de l’écosystème par un constructeur n’est pas nouveau (revendeurs, réparateurs agréés) ; ce qui l’est moins, c’est le contrôle de l’ensemble de la chaine, depuis la voiture au réseau d’énergie, en passant par le conducteur lui-même. Ainsi, si l’Autopilot détecte que le conducteur n’a pas les mains sur le volant, il le punit en se désactivant.

Tesla vend des ordinateurs surpuissants, et l’OS qui va avec. Pour le moment tributaire de fournisseurs extérieurs (nVidia), il se pourrait qu’il finisse comme Apple avec Motorola : d’abord par tuer son approvisionneur, ensuite en fournissant lui-même son chipset. Et ils en prennent la voie, puisqu’ils viennent de recruter l’ingénieur des puces A4 et A5 d’Apple. Même si le réseau de recharge a été mis en openSource, le cœur de valeur reste le contrôle du hardware et de la source d’énergie, et non la voiture en elle-même. Le modèle est l’exploitation du réseau Superchargers, ainsi que la production de batteries lithium ion dans sa (ses) méga-usines.

Vous voulez tout savoir sur Tesla ? Découvrez notre grande étude "Tesla, uploading the future"

Lire l'étude
Cet article appartient à une enquête
logo business unit

FABERNOVEL INNOVATE

FABERNOVEL INNOVATE explore et construit le futur de vos industries. À la vitesse des startups.

à lire