fabernovel loader

Apr 18, 2018 | 8 min de lecture

‎Économie

"Les interfaces vocales ? une évidence"

Rencontre avec Mathieu Lima, Voice Product Manager chez Deezer

Kevin Roirand

Director


FABERNOVEL INNOVATE
Leader sur le marché de la musique en France, Deezer a lancé fin Mars son application sur Alexa d’Amazon. Disponible depuis 2017 sur Google Home, l’interface de la voix est une évidence pour Mathieu Lima, Voice Product Manager depuis 2016. Kévin Roirand l’a rencontré dans les locaux de Deezer, à Paris.

Comment vous est-il venu l’idée de développer un service pour la voix chez Deezer ?

C’était une évidence.

Depuis sa création en 2008, Deezer a toujours fait attention à être là où étaient les utilisateurs. D’abord sur le site web, puis le mobile – nos utilisateurs les plus engagés le sont aujourd’hui majoritairement sur mobile. Désormais de plus en plus de nouvelles interfaces conversationnelles arrivent, et vont continuer d’arriver, dont Voice.

Les études montrent que les utilisateurs disposant d’enceintes connectées utilisent principalement ces appareils pour « écouter de la musique » et plus généralement « écouter des contenus audios ». Un service comme le nôtre est donc attendu par des utilisateurs qui sont de plus en plus nombreux à utiliser ce type d’interfaces.

Notre première question n’a donc pas été “doit-on y aller” mais plutôt “comment”.

 

« Les interfaces vocales, c’est un premier pas vers quelque chose de beaucoup plus large. »

 

Comment définirais-tu une interface vocale ?

La voix, c’est un type d’interface conversationnelle.

On parle beaucoup aujourd’hui des assistants et notamment des enceintes connectées, mais Google offre déjà depuis quelques années une commande par la voix directement dans son moteur de recherche avec “Voice Search”. Ce n’est que le premier pas vers quelque chose de bien plus large.

D’ailleurs ces assistants ne s’arrêtent pas à la voix. On peut aujourd’hui interagir avec Google Assistant, l’assistant personnel intelligent de Google, par la voix certes mais également via l’application mobile, par texte.

Ce qui change maintenant dans la partie Voix c’est que les commandes sont beaucoup plus naturelles. Je parle à mon assistant comme je vous parle à vous, ce qui implique forcément une complexité au niveau technique sur la reconnaissance Speech to Text puis la compréhension des intentions pour permettre de servir le meilleur contenu, et le plus pertinent en fonction de la demande. C’est justement l’un des plus gros challenges pour nous aujourd’hui que de bien comprendre ce que veut l’utilisateur à ce moment précis.

 

« Ces nouvelles interfaces conversationnelles nous permettent de créer des conversations, de créer de l’engagement et ainsi de fidéliser nos utilisateurs. »

 

Quelles solutions techniques utilisez-vous pour vous interfacer avec vos utilisateurs ?

Actuellement, l’expérience Voice pour Deezer est disponible sur les deux plateformes majeures, celles de Google et Amazon. Très rapidement, les gens vont s’attendre à pouvoir être en contact avec Deezer par la voix via un assistant sur une enceinte connectée mais également sur toute autre interface, comme dans notre application mobile par exemple ! L’utilisateur va naturellement vouloir retrouver cet usage partout et interagir avec nous, que ce soit par la voix ou le texte. Cela nous permet également de développer la relation actuelle entre nos utilisateurs et la marque Deezer. Ces nouvelles interfaces conversationnelles nous permettent de créer des conversations, de créer de l’engagement et ainsi de fidéliser nos utilisateurs.

Et justement, quand on conçoit pour la voix, comment fait-on pour avoir une différenciation de marque, créer une personnalité ?

Actuellement nous sommes présents sur les deux assistants principaux, qui fonctionnent avec des plateformes qui ont pour le moment de nombreuses limitations : on ne peut pas personnaliser la voix pour l’instant par exemple. Nous pouvons en revanche influencer le ton en personnalisant le type de réponses.

C’est donc dans l’expérience et dans les contenus que Deezer va pouvoir se démarquer, de la même façon que nous le faisons sur notre application mobile et sur notre site web avec la qualité des recommandations (si je demande du jazz, Deezer va me proposer une radio jazz liée à mes goûts musicaux). Ce qui est très utilisé et que nous mettons beaucoup en avant, c’est Flow : la radio personnalisée en fonction des goûts de l’utilisateur, du contexte d’écoute et de nombreux autres paramètres extérieurs. Et qui est toujours disponible en une seule commande.

Et la musique a ça de particulier que les utilisateurs ont des attentes claires sur de telles interfaces.

Oui tout à fait. Chez nous c’est très direct. Dans d’autres secteurs, pour une banque par exemple, la voix ne sera pas forcément l’interface la plus “naturelle” pour le moment, ni l’interface principale. Une banque aura donc d’autres cas d’usages à trouver qui permettront quand même de créer la conversation avec la marque et d’engager encore plus. Chez nous, par défaut l’utilisateur attend cet engagement par la voix mais il existe pour d’autres d’autres moyens pour créer la conversation avec la marque. Et pour nous aussi, tous les use case que nous avons sur le web ou le mobile ne se prêtent pas forcément à la voix. Il faut faire attention à cela et rester pertinent : cela ne sert à rien de tout dupliquer sur la voix si cela n’a pas de sens.

 

« Nous avançons étape par étape et améliorons le produit en continu. »

 

Est-ce que vous testez ce genre de choses justement ? Comment lancez-vous un nouveau use case ?

Ca se fait par étapes. Nous avons d’abord monté nos hypothèses : quelles seront les fonctionnalités les plus utilisées ? Qu’est-ce qui nous permettra de nous différencier ?

Notre idée : quand nos utilisateurs qui ont un Google Home ou une enceinte compatible avec Amazon Alexa rentrent chez eux, ne savent pas vraiment ce qu’ils veulent écouter mais savent qu’ils veulent de la musique qui doit être adaptée au moment, c’est là que Deezer entre en jeu. En disant simplement “joue de la musique” ou “joue tel style de musique” on initie une expérience avec Deezer.

Avec cette hypothèse en tête, nous avons commencé avec un MVP (Minimum Viable Product) en lançant juste des core features, à commencer par Flow et les mix par genre de musique. D’abord nous testons le produit techniquement et vérifions qu’il apporte bien de la valeur à toutes les étapes de l’expérience. Une fois sûrs, nous avons travaillé sur les autres fonctionnalités que vous trouvez aujourd’hui sur notre site web ou appli mobile. Nous avons donc itéré en ajoutant des fonctionnalités. Certaines manquent d’ailleurs toujours sur certaines plateformes: sur Alexa il nous manque les personalized playlists (“joue moi ma playlist du dimanche”) et beaucoup d’utilisateurs nous demandent cette fonction, devenue la grosse priorité avant le lancement en France. Nous ajoutons donc en permanence, nous améliorons le produit en continu.

Et comment vérifiez-vous le succès du produit une fois lancé ?

Nous avons accès à toutes les données d’écoute, ce qui nous permet de valider nos hypothèses : les principaux usages sont-ils vraiment ceux que nous imaginions, avec principalement la fonctionnalité Flow ? Est-elle vraiment la plus utilisée ? Si oui, dans quels contextes ?

C’est comme cela que nous affinons nos priorités pour la suite et que nous définissons les prochaines fonctionnalités. C’est vraiment étape par étape.

Combien êtes-vous dans l’équipe ?

Sur les sujets Voice, nous avons monté une équipe dédiée avec différents profils, notamment des développeurs. La forte demande sur ce type de produit justifie qu’on y attribue une équipe complète. Je suis Product Manager pour ces sujets, en charge de définir les différentes expériences et de porter leur exécution avec l’ensemble de l’équipe

Combien d’utilisateurs avez-vous actuellement sur ces nouvelles expériences ?

Nous avons lancé l’expérience Deezer sur Google Home il y a un peu plus de six mois en France et en Allemagne, et il y a quelques semaines au Royaume-Uni. Nous avons observé une augmentation considérable de l’engagement sur ces derniers mois, notamment porté par le partenariat stratégique en Deezer et la Fnac en France. Un nombre important de ventes d’enceintes connectées, dont le Google Home, nous a permis d’enregistrer une forte progression d’utilisation du service. Nous observons de manière générale une saisonnalité pour la période de fin d’année avec une augmentation de l’engagement, mais cette fin d’année 2017 a été particulièrement intéressante grâce notamment à ce nouveau type d’expérience.

Et le produit a-t-il été bien reçu ?

Oui ! Six mois après le lancement, nous commençons à observer les signaux d’un phénomène très intéressant: les utilisateurs qui utilisent Deezer sur un Google Home, au global aussi écoutent plus que les autres (on calcule le incremental listening time), quel que soit le device ils écoutent en moyenne 30 minutes de plus de musique sur Deezer par mois. Nous parvenons donc à créer de la valeur en mettant en contact nos utilisateurs avec une nouvelle interface qui est totalement adaptée à certains contextes. Nous avons vu une très grande progression d’utilisation depuis décembre, et donc récolté beaucoup de données pour nous aider à définir la suite, prioriser et penser à comment nous différencier encore plus et construire les prochaines expériences conversationnelles qui apporteront de la valeur à nos utilisateurs..

 

« Puisque tout est software et que le device s’améliore en continu grâce au machine learning. L’appareil capte de mieux en mieux les mots clés et l’expérience s’améliore de jour en jour. »

 

Et donc le device est capable de reconnaître plusieurs voix ?

Oui. Généralement je peux utiliser mon Google Home avec plusieurs comptes Deezer. Cela va encore plus loin grâce aux fonctionnalités Voice Match de Google ou Voice Profile d’Amazon qui permettent la reconnaissance de l’utilisateur basée sur la voix, comme une empreinte vocale. Donc une fois que j’ai configuré plusieurs comptes Deezer sur un Google Home par exemple, nous sommes capables d’identifier l’utilisateur à partir de sa voix. C’est exactement le niveau que nous voulons atteindre en terme de personnalisation. Cela nous permet d’apporter le maximum de valeur à nos utilisateurs tout en supprimant toute friction pour cette expérience.

Et tout cela s’améliore de jour en jour, puisque tout est software et que le device s’améliore en continu grâce au machine learning. L’appareil capte de mieux en mieux les mots clés et l’expérience s’améliore de jour en jour.

On parle beaucoup des interfaces domotiques, mais quelle est votre vision des interfaces dans les voitures ou autres.. Quel est le futur pour Deezer?

Nous sommes une startup sur un marché en forte croissance, mais nous n’avons pas la force de frappe de certains acteurs comme Apple, Google ou Amazon qui sont à la fois des concurrents et des partenaires pour certains. Nous devons donc faire des choix. Nous choisissons de nous concentrer sur les sujets qui apportent le plus de valeur à nos utilisateurs et également le plus de croissance pour notre service. Sur la partie Voice conversationnelle, nous avons construit des partenariats stratégiques avec des acteurs majeurs (Google et Amazon en l’occurrence), afin de profiter de leur croissance considérable. L’objectif de ces acteurs avec leur assistant est de le rendre disponible sur toutes les interfaces possibles : dans les enceintes connectées, dans les voitures, dans les casques, dans les wearables… C’est une première étape qui nous permet d’apporter de la valeur à un nombre important de nos utilisateurs existants, et à de nouveaux utilisateurs que nous arrivons à recruter grâce à ces expériences. Au delà de ces partenariats stratégiques, nous travaillons actuellement sur les prochaines étapes de ces expériences conversationnelles, qui seront à terme accessibles sur l’ensemble des interfaces à disposition de nos utilisateurs. Ces prochaines étapes nous permettront d’apporter encore plus de valeur à nos utilisateurs, tout en étant passionnantes pour les équipes qui travaillent actuellement sur ces sujets chez Deezer.

 

 

Ces sujets vous intéressent ? Inscrivez-vous à notre newsletter du vendredi pour ne rien rater de notre dossier spécial nouvelles interfaces !

S'inscrire
Cet article appartient à une enquête
logo business unit

FABERNOVEL INNOVATE

FABERNOVEL INNOVATE explore et construit le futur de vos industries. À la vitesse des startups.

à lire