fabernovel loader

Nov 24, 2017 | 4 min de lecture

‎Économie

"La vraie opportunité ? ce n'est pas la Chine, mais les Chinois"

Rencontre avec Patrice Nordey, CEO de FABERNOVEL en Asie

Marina Dislich

Communication Manager


FABERNOVEL INNOVATE
Chief Executive Officer de FABERNOVEL en Asie depuis 2017, Patrice Nordey intervient depuis plus de 15 ans dans la définition et la mise en oeuvre de stratégies digitales pour des groupes internationaux en Chine. De quoi nous éclairer sur les spécificités chinoises et nous inviter à nous en inspirer.

Peux-tu nous raconter ton parcours en Chine ?

Après dix années passées à évoluer dans l’univers GAFA côté marque, agence et startup, je souhaitais me lancer un nouveau défi en abordant un marché que je ne connaissais pas. En 2005, la Chine commençait déjà à s’éveiller à l’Internet. J’ai saisi l’opportunité et proposé à mon employeur de l’époque, BNP Paribas, de monter une filiale de veille technologique Asie basée à Shanghai que j’ai ensuite dirigée pendant 5 ans.

En 2013, j’ai décidé de créer ma propre agence Velvet – devenue FABERNOVEL en Asie en 2017 – avec l’ambition d’associer les métiers du conseil en stratégie au savoir-faire opérationnel des agences digitales.

Quelles sont les grandes particularités du marché chinois ?

Le marché chinois se distingue en premier lieu par sa taille gigantesque (il concentre par exemple 60% du commerce mondial), mais là où il se démarque vraiment selon moi c’est dans sa capacité nouvelle à innover à une vitesse hallucinante.  La Chine est aujourd’hui capable de générer de nouveaux business models et des innovations technologiques et d’usage qui n’existent nulle part ailleurs : WeChat ou Mobike en sont deux exemples connus.

Ce qui frappe également est la vitesse de développement et la richesse de l’écosystème entrepreneurial qui ne cesse de grandir. Chaque jour, 12 000 startups voient le jour en Chine. À ce rythme, on peut imaginer que la fracture technologique va rapidement changer de camp.

Quelles sont les dernières tendances d’innovation que tu observes en Chine ? Que leur réserve l’avenir selon toi ?

Plusieurs ruptures sont en cours sur le marché chinois, avec un effet de caisse de résonance qui amplifie cette accélération digitale. Citons le paiement mobile adopté par plus de 500 millions de consommateurs au quotidien, l’uberisation des transports et des services à grande échelle (par exemple : DiDi, valorisé à 46 milliards de dollars ou Mobike et Ofo, deux autres jeunes licornes), l’émergence de nouveaux géants technologiques (Xiaomi, Oppo, Huawei, ZTE, DJI) [NDLR: voir l’article « qui sont les nouveaux BATX ? »] ou encore l’entrée dans l’ère de l’intelligence artificielle de secteurs tels le retail ou la Fintech. Même les média s’y mettent avec Toutiao, une autre licorne, qui s’appuie sur des algorithmes et du machine learning pour la distribution personnalisée d’information à plus de 150 millions de personnes.

Dans un marché si numérique, le retail a-t-il encore sa place ?

Oui. Et d’ailleurs il est en pleine ébullition. Avec notamment l’émergence de concepts entièrement automatisés tel BingoBox ou d’autres qui mixent la proximité avec le service à domicile come Hema, le nouveau supermarché d’Alibaba [NDLR: voir l’article « La fin du magasin physique ? »]. Mais si le retail a plus que jamais sa place pour proposer de nouvelles expériences client, il faut aussi noter que les acteurs de ce changement sont le plus souvent des pure players.

Les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi) sont souvent comparés aux GAFA. Qu’en penses-tu ?

L’affrontement BATX/GAFA qui n’a pas eu lieu en Chine, le marché ayant été protégé par le gouvernement [NDLR: voir l’article « les 4 murailles à surmonter pour s’implanter en Chine »], aura sans doute lieu à l’international. Il a d’ailleurs déjà commencé. Il permettra peut être aux acteurs corporate d’ouvrir de nouvelles options stratégiques et partenariales. Ce qui n’est peut être pas une si mauvaise chose. Charge à nos organisations de mieux comprendre ces acteurs venus de l’Est.

Si pour les GAFA le travail a été plutôt déjà bien fait et les contacts établis, les leaders asiatiques sont en revanche souvent très mal étudiés. Mais il semblerait que les choses soient en train de changer puisque nous voyons désormais de plus en plus de moyens et grands groupes s’adresser à des acteurs comme nous pour les aider à définir leur stratégie WeChat ou Tmall de façon très précise.

Quelles sont les opportunités pour ces entreprises étrangères qui veulent s’implanter en Chine ? A quoi peut-on s’attendre de la Chine ?

Le vrai marché, la vraie opportunité, n’est pas la Chine mais les Chinois ! On comptera bientôt plus de 200 millions de voyageurs internationaux tous les ans, sans compter une diaspora chinoise mondiale, qui en fait le marché le plus attractif et le plus vaste qui soit. Tout naturellement les acteurs de l’Internet suivent leurs clients et ont déjà démarré leur déploiement en Europe, aux US, en Afrique… et en Asie !

Et quelle est la meilleure façon de comprendre ce marché / de saisir ce potentiel ?

J’ai l’habitude de dire que la meilleure étude de marché ne vaudra jamais une exploration terrain, ce que nous appelons chez FABERNOVEL les Learning Expedition. C’est sans doute encore plus vrai en Chine où la R&D et les labs sont à ciel ouvert, dans la rue, là ou les nouveaux usages se construisent et se développent.

Vous souhaitez recevoir chaque semaine en novembre les derniers articles de notre dossier spécial Chine ? Laissez-nous vos coordonnées.

S'abonner à la liste
Cet article appartient à une enquête
logo business unit

FABERNOVEL INNOVATE

FABERNOVEL INNOVATE explore et construit le futur de vos industries. À la vitesse des startups.

à lire